Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Sanctuaire de Nuestra Señora de Consolación

1260
1

L’origine du sanctuaire remonte au début du XVIe siècle après l’obtention par Antonio Barrados du permis de construire un ermitage dédié à la Vierge de la Consolation dont la statue titulaire fut cédée par le Couvent de de Nuestra Señora de la Antigua. Le 31 mars 1561, l’Ordre des Minimes devient propriétaire de l’ermitage et c’est alors qu’on commence à construire le couvent et l’église.

La popularité des miracles de la Vierge de la Consolation commença à se répandre dans toute l’Andalousie, surtout chez les navigateurs qui partaient pour l’Amérique qui se rendaient au sanctuaire pour demander la protection de la Vierge ou pour la remercier d'avoir réalisé la traversée sains et saufs. De nombreuses offrandes et des petits bateaux constituent le trousseau de la Vierge, comme la Nao de Oro, son ex-voto le plus précieux, offert par Rodrigo de Salinas en 1579.

L’église est de style baroque classique, du début du XVIIIe siècle, à nef unique avec transept et des murs de briques crépis soutenus par des piliers. Le chœur est carré et le plafond est à caissons en bois ornés d’entrelacs de style mudéjar. La façade de la nef est entièrement recouverte d'un grand retable baroque centré sur l'icône de la Vierge de la Consolation, surnommée « la del Barquito », patronne d'Utrera. 

Le chœur se trouve au pied de la nef, sur une structure à caissons en bois soutenue par des colonnes en marbre blanc. La tour carrée à deux corps, située sur le côté de la façade principale, se distingue par la simplicité de sa décoration et par le clocher du corps supérieur qui est ouvert sur ses quatre faces par des arcs en plein cintre et recouvert d’un chapiteau à azulejos.

Horaires

Du lundi au vendredi de 9 h 00 à 13 h 00 et de 17 h 30 à 20 h 30.
Samedi et dimanche de 10 h 00 à 14 h 00 et de 17 h 30 à 20 h 30.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.