Écija Iglesia de los Descalzos

Séville, belle et diverse

L’Hacienda de Torrijos n’a initialement pas été conçue comme un édifice religieux ; ses murailles et ses tours témoignent d’ailleurs de son passé d’ancienne forteresse arabe. L’hacienda est classée bien d’intérêt culturel. 

En 1731, un groupe de jeunes passaient leur temps à chanter le rosaire dans les rues « plus pour s’amuser puérilement que pour des raisons de dévotion ». D’autres personnes se joignirent à eux et c’est ainsi qu’ils créèrent la confrérie de los Servitas, qui est à l’origine de la construction de l’église de Nuestra Señora de los Dolores.

Cette demeure seigneuriale sévillane typique de la première moitié du XIXe siècle a été donnée en 1941 par les comtes de Gomara aux religieuses de la compagnie de la Croix pour qu’elles en fassent leur couvent. Il possède une façade de style néoclassique et un vestibule ainsi qu’un patio central orné de colonnes de marbre.

Le palais de San Telmo a été construit en 1682 pour accueillir le Collège du séminaire de l'Université de Mareantes. En 1849, elle devient la résidence des ducs de Montpensier, qui complètent la construction de la tour nord et construisent l'entrée (apeadero), l'aile est et la salle de bal.

Cette merveilleuse chapelle du Tiers-Ordre franciscain, adjacente à l'église de San Pedro de Alcántara, est située dans la rue Cervantes de Séville.

Cet espace conçu par l’architecte Aurelio Gómez Millán en 1940 accueille différents édifices religieux liés à la dévotion, à l’éducation, aux rites funéraires et à la détente. Il a été imaginé par le cardinal Pedro Segura Sáenz.

Les premiers écrits historiques évoquant cette chapelle datent de 1411. Ils font mention d’un édifice religieux qui évitait aux habitants de devoir monter à l’église San Juan Bautista située sur la colline du Cerro del Monumento.