Écija Palacio Peñaflor

Séville te fais tomber amoureux

L’Hacienda de Torrijos n’a initialement pas été conçue comme un édifice religieux ; ses murailles et ses tours témoignent d’ailleurs de son passé d’ancienne forteresse arabe. L’hacienda est classée bien d’intérêt culturel. 

Connue sous le nom de chapelle de Jésus de Nazareth, elle a fait partie du couvent dominicain de San Bartolomé, construit aux frais de Bartolomé López de Marchena, qui ordonna sa fondation en 1542 et le destina à l’entretien et au renforcement du corps et de l’esprit.

En 1731, un groupe de jeunes passaient leur temps à chanter le rosaire dans les rues « plus pour s’amuser puérilement que pour des raisons de dévotion ». D’autres personnes se joignirent à eux et c’est ainsi qu’ils créèrent la confrérie de los Servitas, qui est à l’origine de la construction de l’église de Nuestra Señora de los Dolores.

La chapelle de Nuestra Serñora del Carmen de Utrera fait partie du Collège salésien, le plus ancien de la congrégation en Espagne qui date de 1881.

À son arrivée à Utrera, la Compagnie de Jésus a fondé un couvent-école et c’est à cet endroit que se dresse aujourd’hui l’école Rodrigo Caro. Il reste de ce couvent l’église de San Francisco el Nuevo ainsi que d’autres pièces comme la sacristie et la salle de réunion.

Cette demeure seigneuriale sévillane typique de la première moitié du XIXe siècle a été donnée en 1941 par les comtes de Gomara aux religieuses de la compagnie de la Croix pour qu’elles en fassent leur couvent. Il possède une façade de style néoclassique et un vestibule ainsi qu’un patio central orné de colonnes de marbre.

Cette chapelle rectangulaire possède un plafond à caissons en bois et un toit à deux pans. À l’intérieur,  elle garde deux retables, dont l’un est présidé par la figure de Notre-Dame de la Chandeleur datant du XVIIIe siècle, tandis que l’autre par de saint Barthélemy du XVIIIe siècle.