turismo activo

Tourisme actif

Mettez-vous à l'épreuve dans un environnement naturel unique

Chemin de Saint-Jacques : Vía Serrana

416
4

En laissant derrière nous le Peñón de Zaframagón et en continuant par la Vioe verte de la Sierra, nous arriverons à la gare de Zaframagón. Nous avancerons alors jusqu'à quitter le tunnel avant la gare de Coripe, en tournant pour marcher sur l'asphalte de la route locale, en montant une pente raide qui nous mènera au premier village. Nonobstant ce qui précède, au niveau d'une aire de pique-nique, on peut regagner un sentier parallèle à la route, et beaucoup plus confortable pour marcher.

À Coripe, nous arrivons à la Plaza de San Pedro avec l'église du même nom, où nous recevons le cachet pour la carte de pèlerin. Très vite, la vieille rue devient un chemin de terre, on traverse le ruisseau de Boquinete, après quoi la route tourne à droite et commence une montée. À certains endroits, elle peut être caillouteuse et rocheuse. Peu après, nous redescendrons et traverserons le ruisseau de Gilete qui passe sur le Chemin, remonte, perd à nouveau de la hauteur et rejoint la route. Nous continuons alors à gauche jusqu'à un carrefour, nous prenons à droite le chemin de Morón et Algodonales qui nous emmène entre des clôtures métalliques sur un peu plus d'un kilomètre jusqu'à ce qu’à voir un chemin notre gauche qui nous mènera au cortijo de la Fuensolana. Une fois là-bas, nous prendrons la direction du nord pour atteindre un confluent de chemins. Celui que nous devons prendre est le moins perceptible et il tourne à notre droite dans une large vallée où il prend de la hauteur. Le paysage avec ses collines et ses montagnes que nous avons laissé derrière nous vaut bien le regard. Lorsque nous avons atteint le sommet, nous continuons à gauche jusqu'à un bâtiment, où une route de campagne commence sur la gauche, nous menant le long d'un chemin jusqu'au ruisseau de La Mujer. Nous le suivons à gauche et il devient alors un chemin clair et large. Plus loin, le chemin redevient plat et on trouve un panneau d'information qui indique la position de quelques tours (XIIIe siècle) dans la région. La tour que l'on voit depuis longtemps sur le sommet de la montagne à côté de la carrière qui est également indiquée appartient au château de la Côte.. Nous prenons maintenant le chemin à gauche de la route (Cañada Real de Ronda), et en continuant à travers les champs nous voyons Montellano au loin. Après avoir traversé des champs protégés par des grillages et une oliveraie, nous tournons à droite puis à gauche.

À Montellano, nous pouvons obtenir le cachet pour la carte de pèlerin dans l'église paroissiale de Señor San José.. Nous quittons la commune par l'A-375 jusqu'à une bifurcation et nous suivons une un chemin de terre à gauche, puis nous descendons à travers les champs pour traverser une oliveraie et atteindre une autre bifurcation. À cet endroit, nous prenons la route à gauche, à la recherche de l'hacienda del Huertero ; nous tournons à droite et puis à gauche à nouveau. Nous arrivons devant un portail en fer d'une étable, et nous prenons le chemin à droite. Bientôt, le chemin perd de la hauteur et nous arrivons à une barrière, avec un lac à droite. Peu après, nous allons suivre une route de campagne qui commence à gauche. Ce chemin, qui est plat au début, commence par une montée douce et descend ensuite vers le ruisseau Salado, où nous trouvons un vieux pont détruit. Avec quelques difficultés, nous traversons le ruisseau et arrivons à l'auberge de San Sebastián, nous continuons sur la route, qui coïncide avec la route de transhumance royale de Ronda à Séville, jusqu'au château de Las Aguzaderas (il y a une fontaine), d'où commence, sur la gauche, un chemin d'abord clairement défini, puis qui s’estompe un peu. Après avoir traversé la route, nous entrons dans El Coronil. Dans l'église de Nuestra Señora de Consolación , nous pouvons apposer le cachet. Nous partons par la Calle Real en cherchant la vieille route SE-436 et nous tournons à gauche vers la vieille route de Los Molares à El Coronil pour arriver aux cortijos de Guardainfantilla et Pardales où nous rejoignons la vieille route d’Utrera à Morón de la Frontera. La route serpente au milieu de champs dans le paysage, à travers des terrains agricoles qui nous accompagnent et avec quelques rares arbres qui nous font de l'ombre. Nous traversons tout droit un carrefour, où les ruisseaux périodiques croisent la route et la laissent parfois humide et boueuse. Nous atteignons la SE-9011, qui est très facile à trouver, et nous la traversons pour éviter de la suivre. Nous progressons ainsi sur le chemin qui continue derrière elle, en prenant le premier virage à gauche qui nous mènera directement à Los Molares. Nous la traversons et continuons sur la même route d’Utrera à Morón de la Frontera qui débouche sur un chemin de terre large et poussiéreux. Nous le suivons tout droit en traversant un canal et voilà Utrera.

À la hauteur de l’ église de Santiago, la Vía Augusta. Le pèlerin pourra choisir par où continuer son chemin parmi deux possibilités : par l'ancien chemin muletier médiéval jusqu'à Alcalá de Guadaíra (chemin de Cuesta Carretilla), ou par le chemin d'Utrera pour atteindre, par l'ancienne mansio romaine d'Orippo (Dos Hermanas), Séville. Nous quittons la ville des mostachones pour arriver jusqu'au pont de la A-362 sur la voie ferrée. Nous montons et le traversons, puis nous descendons un escalier raide sur la droite et nous arrivons devant un mur, derrière lequel se trouve le cimetière. Notre chemin est maintenant le chemin d’Utrera. À travers des buissons et des conifères en compagnie du chant des oiseaux, nous atteignons une zone très boisée et verdoyante près de l'ancienne ferme de Don Rodrigo. De là, à la route locale SE-425 puis nous continuons à droite jusqu'à ce que nous croisions la voie ferrée où nous devons nous situer sur la droite. Nous continuons tout droit sur le côté droit de la ligne de chemin de fer jusqu'à la gare de Cantaelgallo, en entrant dans Dos Hermanas. Par la calle Virgen de Valme, nous arriverons sur la place de la gare et nous continuons tout droit, par la calle Sevilla, la calle de la Libertad et la calle Gabriel Miró, jusqu'à ce que nous quittions la ville par le périphérique Adolfo Suárez. Nous marcherons jusqu’à l’hippodrome d’Andalousie, près de Montequito. Si nous arrivons sur une élévation sur l'îlot suivant, nous pouvons déjà voir Séville au loin. Nous descendons le chemin qui va obliquement à notre gauche à travers une oliveraie, accompagnés d'une plantation d'oliviers et de pâturages. Peu après, nous rejoignons le chemin du Rayo, et nous traversons le canal du Bas Guadalquivir. Nous sortirons sur la route du Pítamo, traverserons le canal de Guadaíra et la voie ferrée, contournerons quelques anciennes installations militaires, en passant cette fois sous la voie ferrée, et nous sortirons sur l'Avenida de Jerez.

Il ne reste que 5,7 km avant d'atteindre la Cathédrale de Séville par les avenues Palmera, Delicias, Roma et Constitución.
 

URL Livre de route
Difficulté
Longueur
95.00Km

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.