Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Église Santa María

85
2

Cette église date du XVIIIe siècle et a été construite sur un ancien temple mudéjar des XVIe et XVIIe siècles détruit par le tremblement de terre de Lisbonne. La réalisation finale du projet a été confiée, entre autres, à José Álvarez, un architecte néoclassique auquel elle doit son apparence et son style actuels. 

Il s’agit d’une église-halle qui se compose de trois vaisseaux couverts par des voûtes surbaissées, d'une chapelle principale avec une voûte en berceau et des lunettes et d'une chapelle sacramentelle adossée à la nef de l'Évangile. Le transept est surmonté d’une coupole sur pendentifs qui apporte une grande luminosité à l'ensemble. Plusieurs bâtiments sont adossés au côté gauche, à savoir la chapelle sacramentelle, un cloître, la sacristie, les archives et la bibliothèque paroissiale.

À l'intérieur, on remarque la profusion d’ornements, tant sculpturaux que picturaux sur les retables et les murs, notamment le retable du maître-autel rococo avec l'intéressante peinture sur bois de la Vierge de l'Antigua d'environ 1575, attribuée à Villegas Marmolejo, les stalles du chœur que Juan de Mesa et Andrés Díaz ont dû réaliser entre 1628 et 1632, et enfin deux retables du collatéral droit qui abritent un crucifix grandeur nature du XVIe siècle et une peinture sur bois représentant San Lorenzo de Villegas y Marmolejo, de 1579. 

Cette église paroissiale possède également une importante collection muséale d'art sacré, comme les tiroirs rococo de la sacristie, les vêtements de culte abondants et riches, l'importante collection de livres de chœur et les nombreux objets d’orfèvrerie.

À côté de la sacristie et du collatéral gauche se trouve la cour de l'église, dans les galeries de laquelle est exposée une intéressante collection de vestiges archéologiques préhistoriques, romains et arabes.

La tour s’élève sur le côté de la façade. Clairement inspirée de la Giralda, elle possède deux corps quadrangulaires et un sommet cylindrique et a été rénovée après avoir perdu le corps de cloches lors du tremblement de terre de 1755 mentionné plus haut. L'image actuelle alterne linteaux et les arcs en plein cintre avec des décorations d’azulejos et d’ovales.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.