Écija Palacio Peñaflor

Séville te fais tomber amoureux

Buste dédié à ce torero de Manrique.
C'est un buste dédié à ce torero de Manrique, sur lequel on peut lire « Au célèbre torero Pascual Márquez 1914-1941, son peuple reconnaissant. Villamanrique. 1983 ». Ce monument se trouve dans la rue qui porte son nom et où le torero de Manrique est né.

En 1731, un groupe de jeunes passaient leur temps à chanter le rosaire dans les rues « plus pour s’amuser puérilement que pour des raisons de dévotion ». D’autres personnes se joignirent à eux et c’est ainsi qu’ils créèrent la confrérie de los Servitas, qui est à l’origine de la construction de l’église de Nuestra Señora de los Dolores.

Temple construit en 1998 où on vénère l'image du Sacré-Cœur de Jésus, donnée par l'archevêque de Séville et qui est l'esquisse du Sacré-Cœur de Jésus de Tomares qui se trouvait dans la cathédrale. L'image du Christ de l'Amour est également vénérée.

Elle a été construite dans le dernier tiers du XVIe siècle. Elle a été construite en maçonnerie et en pierres de taille, et se compose d'une seule nef avec des contreforts extérieurs et une tête polygonale. Le retable principal est de style néoclassique, il est recomposé et comporte des images modernes, comme la Vierge de l'Olive, réalisée par Sebastian Santos, et patron de la municipalité.

L'image du saint patron d'Osuna est vénérée dans cet ermitage, et emmenée en procession tous les 12 janvier. L'église a été construite au XVIIe siècle et rénovée au XVIIIe siècle. Son intérieur se compose d’une seule nef, couverte d'une voûte en berceau et d'une coupole sur pendentifs dans l'espace du transept.

Célèbre est déjà la légende du « Gallo de Morón » (Coq de Morón) , qui n'était pas un coq ni de la ville de Morón.

Construite en 1541, Juan Téllez Girón a fondé le couvent franciscain du Corpus Christi, qui est encore largement conservé aujourd'hui.