Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Bibliothèque-musée Mariano - Église Santo Ángel

108
0

La bibliothèque-musée Mariano Carmen Coronada du couvent Santo Ángel à Séville a pour ambition de faire connaître la splendide bibliothèque conventuelle qui renferme près de 8 000 volumes allant du XVIe siècle à nos jours. C'est l'un des joyaux cachés de la ville de Séville, qui a été inauguré en 2016.

Les historiens de la ville ont toujours souligné la pauvreté du couvent, mais l'extraordinaire richesse de sa bibliothèque. Elle se distingue par sa collection de thématique mariale, spirituelle, carmélite, biblique, théologique et sur le droit. L'un des faits marquants a été l'acquisition par le couvent de la bibliothèque du comte-duc d'Olivares en 1643, dont certains des livres sont encore conservés.

Le musée Mariano a été conçu par son directeur, le père Juan Dobado Fernández, docteur en Histoire de l'art. Il est formé de trois salles qui peuvent être visitées, et de deux autres salles de lecture et de consultation. Elles ont été dédiées à San Juan de la Cruz, fondateur du couvent ; aux religieux ayant un lien particulier avec ce couvent, comme le père Columbiano de la Sagrada Familia, fondateur de Miriam et passionné de la bibliothèque, le père Ismael de Santa Teresita, premier directeur et infatigable défenseur de Miriam, et Fray Humberto de San José, fabricant de crèches et sacristain du Santo Ángel ; et des personnalités importantes du monde marial comme Juan Martínez Alcalde, qui a commencé ses premières publications dans cet édifice.

La bibliothèque abrite également environ 300 œuvres d'art de sculpture, peintures et arts somptuaires du XVe au XXe siècle.

La bibliothèque-musée est située dans le bâtiment attenant à l'église del Santo Ángel, qui était le temple du couvent del Santo Ángel de la Guarda (saint ange gardien), de l'Ordre del Carmen Descalzo (Carmes déchaux). L'église d'origine date du début du XVIIe siècle et appartient depuis lors à l'Ordre des Carmes déchaux. Avec l'invasion napoléonienne, elle a subi le pillage et la destruction de ses trésors artistiques, un déclin qui s'est poursuivi au XIXe siècle, lorsque l'usage du couvent a été modifié, ne demeurant plus que l'église.

Elle a été reconstruite en 1904 sous la direction de l'architecte Aníbal González, qui a entrepris un remodelage complet de l'intérieur et de la façade principale.

Catégorie

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.