Paso de Hermandades por Villamanrique de la Condesa. Fiesta de Interés Turístico de Andalucía

Séville te fais tomber amoureux

Un bâtiment du XVIIIe siècle rattaché à une tombe romaine creusée dans la roche. Situé dans la rue Blancaflor, il se compose d'un tombeau souterrain, qui sert de chapelle, d'une petite antichambre et d'un gracieux clocher.

Le château de Toledillo est une construction défensive de la période musulmane. R. Fernández González situe chronologiquement cette forteresse dans l'émirat omeyyade, et elle continuera à être agrandie pendant la période du califat, étant reconstruite aux XIe et XIIe siècles face à la poussée chrétienne du nord.

Sur le site occupé par la paroisse, fut construite la forteresse musulmane primitive de la période almohade, dont seul un fragment de mur situé à côté du chevet de l’église nous est parvenu, et dans lequel un arc outrepassé brisé est encadré par un alfiz.

Fontaine datant de la période islamique, qui servait à irriguer les champs environnants et d'abreuvoir pour le bétail. C'est l'un des rares témoignages du passé musulman d'Alanís. Il s'agit d'une construction de type rural, qui nous démontre qu'à l'époque musulmane, Alanís avec le caractère de métairie, une sorte de domaine agricole.

Le gisement archéologique situé sur l'ancienne place d’armes de l’Alcazar royal dit « El Picadero », occupe la partie la plus élevée de la ville. On peut y voir des vestiges turdétans et romains et des pans de la muraille d’un château musulman qui permettent de constater les niveaux d’occupation d’Écija depuis sa fondation, vers le VIIIe siècle av. J.-C. Jusqu’à aujourd’hui.

La Plaza de España, le « Salon » populaire, se trouve à proximité du forum d’Astigi, l’ancienne ville romaine, où l’on peut voir encore aujourd’hui de magnifiques mosaïques. C’est le cœur de la ville, le centre historique, social et ludique des habitants d’Écija, sans doute depuis le XVe siècle.

Il s’agit des plus anciennes arènes de la province de Séville, construites sur la place d’armes d’un château musulman vers 1400, avec les vestiges archéologiques d’une muraille et de minarets, en intégrant à son intérieur la porte principale du vieux château andalou de la ville.