Pinares de Doñana

Espaces naturels

Plus de trois cents sites et réserves naturelles

La Corniche des Alcores - La Vía Verde de l’Alcor 

608
1

La Corniche des Alcores traverse les communes de Carmona, El Viso del Alcor, Mairena del Alcor ainsi qu’Alcalá de Guadaíra du nord-est vers le sud-ouest. Il s'agit d’un relief en forme de plateau incliné, mettant en avant la Dépression du Guadalquivir qui contraste avec la plaine de la campagne dans laquelle elle se trouve enclavée. Son altitude n’est pas très haute, atteignant au maximum 242 mètres et ses pentes sont également modérées. Cette plateforme allongée, longue de 30 km, possède une forme triangulaire en raison de sa largeur qui varie entre 1 km dans la zone de Carmona et 10 km à Alcalá de Guadaíra, communes situées aux extrémités de celle-ci. 

Tout au long de la plateforme, il est possible de distinguer jusqu’à 17 alcores ou petites collines.  Dans l’ensemble, la Corniche présente différentes caractéristiques sur ses versants nord et sud. Le versant nord est un flanc à faible pente, qui descend jusqu'à la vallée du Guadalquivir, créant un paysage légèrement ondulé, dont les altitudes varient entre 40 et 100 m. Le versant sud est un escarpement aux pentes plus prononcées, en particulier dans la zone de Carmona.

Les matériaux géologiques qui apparaissent aux Alcores sont des calcarénites, des calcaires détritiques qui regorgent de fossiles et qui correspondent à des dépôts de plateformes sommaires reposant sur des marnes bleues. Ces matériaux n’ont pas subi de plissements bien qu’il y ait eu des mouvements d’élévation et d’effondrement, ainsi qu’une érosion différentielle. À l’origine, le relief est de forme tabulaire, typique des bassins sédimentaires étendus, dans lesquels les divers matériaux du sous-sol sont placés en couches horizontales.

Il faut souligner la présence d’un important aquifère sous-terrain, soutenu par les calcarénites, qui est mis à profit au travers de puits et de fontaines, et alimenté par l’eau de pluie. Sur les pentes de la Corniche, d’innombrables ruisseaux prennent vie, issus des sous-bassins des rivières du « Corbones », qui délimite la Corniche à l’est, ou de la Guadaíra, qui la délimite à l’ouest.

La majeure partie de la Corniche se compose de terres agricoles ou est dépourvue de végétation, en particulier dans la zone située à proximité de l’agglomération de Carmona. Des restes de végétation naturelle persistent dans les pâturages d’Alcaudete et d’El Judío au sud-est de la corniche et vers les « Cuevas de la Batida » au nord, riches d’une végétation arbustive bien conservée. La faune est caractéristique des zones cultivées largement anthropisées, avec quelques espèces d’oiseaux, de petits mammifères ainsi que des reptiles.

Les matériaux géologiques des Alcores sont exploités depuis l’Antiquité. Les calcarénites sont extraites dans des carrières, et sont à la fois utilisées dans des blocs de construction et broyées, afin d’obtenir une terre jaunâtre appelée « albero », qui est utilisée à différentes fins. Les marnes sont employées pour la poterie et l’aquifère associé aux calcarénites est exploité dans le but d’approvisionner en eau les populations avoisinantes, et même celles de Séville.


C’est dans le village de Mairena del Alcor, commune située au centre de la Corniche et voisine d’El Viso del Alcor, que naissent les ruisseaux d’Alconchel et de Los molinos, au caractère saisonnier, qui se jettent dans le ruisseau Salado, affluent de la rivière Guadaíra. Dans la commune de Mairena del Alcor, se trouve le Château de Luna, qui possède une situation privilégiée sur la corniche. À l’intérieur, on y trouve la maison-musée Bonsor, dédiée à l’architecte anglais George Bonsor, décédé en 1930, qui a creusé et étudié différents sites andalous, et a acquis ce château dans lequel il a installé sa résidence.

L’accès est libre est se fait par la route A-398 en direction de Mairena del Alcor.
Équipement : Vía verde des Alcores.


Le centre-ville d’ El Viso del Alcor se situe sur la colline de la Tablada, dont les flancs est et nord-ouest, ainsi que le barranco de la Milhoja, composent le parc de la Muela. Il existe dans toute la zone de nombreuses fontaines et sources de déversement de l’aquifère souterrain associé aux calcarénites, telles que la « fuente del Sol » et la « fuente de la Muela » qui a été construite au XVIIIème siècle et réhabilitée en 1983. À l’intérieur du parc, sillonnent deux ruisseaux : celui de la Muela, épine dorsale du parc, ainsi que celui de la Meloja. Le parc de La Muela est peuplé de peupliers blancs, de frênes, de pins, de caroubiers et d’eucalyptus, entre autres, ainsi que d’arbres ornementaux et une grande variété d’arbustes. Aux côtés de la Fuente del Sol, on découvre des mimosas, des oliviers sauvages, et un mûrier vieux de plus de 200 ans. Des oliviers peuplent les alentours de la zone de loisirs et au sud de l’aire de pique-nique se trouve l’ancienne carrière, qui est désormais une zone humide où l’on peut observer une multitude d’oiseaux. « La Tablada » est une zone présentant un intérêt archéologique où des peuplements humains sont établis depuis des milliers d’années. Elle met en évidence la Fuente del Sol dont les origines remontent à l'âge de cuivre. Sur les restes de cette fontaine historique, les Romains en ont construit une autre, et c’est au XXème siècle qu’elle a pris sa forme actuelle.

L’accès est libre. Le parc de la Muela est délimité par les rues de La Muela, Sol, Camino de la estación, la Vía Verde des Alcores ainsi que par la ligne d’inflexion de la Tablada.

Équipements : Parc de la Muela. Miradors de la Muela, de Tablada, del Calvario et du Balcón de los Alcores. Vía verde des Alcores.

Comarque
Catégorie
Espaces détente
Flore

IL n’y a que peu de végétation naturelle dans la zone, en raison de son remplacement par des cultures agricoles (principalement des oliveraies), même si l’on retrouve une petite parcelle de maquis au sud de la corniche.

Faune

La faune est caractéristique des zones cultivées largement anthropisées, avec quelques espèces d’oiseaux, des petits mammifères ainsi que des reptiles. Il faut souligner la présence du faucon crécerellette qui niche dans le Château de Luna

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.