La provincia de Sevilla

Notre province

Vie et paysages d'une province riche en diversité et en monuments

Morón de la Frontera

272
2

Morón, terre de frontières entre la Sierra Sur et La Campiña

Morón de la Frontera est un village dynamique et entreprenant situé au pied de la Sierra Sur de Séville. Les maisons blanchies à la chaux constituent, avec les églises et les couvents, le patrimoine historique et architectural de la ville. Cette ancienne ville médiévale se trouvait, comme son nom l’indique, à la frontière entre le royaume nasride et l’Andalousie chrétienne. Découvrez ce carrefour où la légende du populaire « Gallo desplumado » (le coq plumé) est devenue un emblème pour ses habitants. 

Profitez aussi de son cadre naturel à travers la Sierra de Esparteros et n’oubliez pas la visite du Musée de la chaux qui vous permettra de découvrir les métiers traditionnels de la chaux à Morón de la Frontera. Dans un autre registre, le flamenco a de fortes racines dans cette ville. Depuis 1963, le Gazpacho Andaluz s’y déroule ; c’est l’un des plus anciens festivals de la province qui réunit chaque année en juillet le meilleur du flamenco espagnol. 

Cette ville magnifique est agréable à visiter tout au long de l’année et sa gastronomie n’est pas en reste : dégustez sa cuisine exquise à base de produits locaux comme les olives, la viande de gibier ainsi que les douceurs et autres gâteaux réalisés par les religieuses dans leurs couvents.

Venez découvrir cette enclave frontalière aux traditions bien ancrées, liées à la chaux et à son coq légendaire.


Comment s’y rendre ?

Par la route depuis Séville, prendre l’A-92 et la sortie 41 en direction d’Arahal pour rejoindre l’A-8125 jusqu’à Morón de la Frontera. 

La gare la plus proche se trouve à Marchena. Par le train, descendre à Marchena et prendre un taxi jusqu’à Morón. En bus, plusieurs lignes de la compagnie Transportes Alpe partent de Séville et desservent Morón tout au long de la journée. 


Comment se déplacer ?

Le mieux pour découvrir cette ville est de la parcourir à pied : vous pourrez ainsi profiter de sa beauté architecturale, mais un service de taxi est également disponible dans le centre si vous avez besoin de faire une pause. La Sierra de Esparteros se visite quant à elle à pied ou à vélo.


Les incontournables

  • Visitez le Musée de la chaux pour connaître l’histoire de ce métier historiquement présent dans cette ville. 
  • Promenez-vous dans les rues de Morón et découvrez les deux sculptures du coq plumé. Demandez à un habitant de vous raconter la légende de cet emblème de la ville !
  • Installez-vous dans un des nombreux bars ou restaurants pour déguster des plats typiques tels que la sanguette à la tomate, le riz au lapin ou les délicieuses olives locales. 
  • Montez jusqu’au château et profitez de la vue magnifique sur La Campiña sévillane. 
  • Si vous aimez les avions militaires, ne manquez pas une visite à la base aérienne de Morón ou au rond-point de l’armée de l’air, où un avion F5 est en position de décollage.
  • La confiserie artisanale des religieuses de Morón de la Frontera est un véritable délice. Au couvent de Santa Clara, elles élaborent les batatines (petites bouchées aux amandes et à la crème de patate douce) et au couvent de Santa María de la Asunción, ne manquez pas le tocino de cielo.
  • Laissez-vous surprendre par la beauté de l’église San Miguel connue comme la « petite cathédrale » de la Sierra Sur.
  • Profitez des expositions temporaires et permanentes portant sur la richesse historique, ethnographique et culturelle de la ville dans l’espace d’exposition du couvent de Santa Clara.


Itinéraire de visite

Commencez votre découverte de cette ville majestueuse de la Sierra Sur sévillane en sillonnant ses alentours où s’élève la Sierra de Esparteros ou Morón comme l’appellent ses habitants. Durant cette promenade, vous découvrirez de nombreuses carrières de pierre à chaux qui témoignent de la présence de cette industrie à Morón depuis l’époque romaine. 

Mais le but de ce parcours est d’atteindre le Musée de la chaux, un lieu incontournable de la ville où vous apprendrez tout sur le travail du chaufournier, le plus ancien métier de Morón grâce à la mise en situation d’outils et de fours ayant servi à élaborer la chaux de façon artisanale. 

Après avoir vu comment les habitants de Morón ont su vivre de la chaux pendant des siècles, partez maintenant à la découverte du patrimoine de la ville. Le premier point de votre visite est le château qui conserve une partie de ses remparts et de ses tours défensives. De là, vous aurez une des plus belles vues de La Campiña sévillane. Cette ancienne forteresse était aussi la résidence des ducs d’Osuna, que les troupes de Napoléon ont détruit lors de leur conquête. Tout près se trouve l’église San Miguel Arcángel, connue comme la « petite cathédrale » de la Sierra Sur, dont le clocher est identique à celui de la Giralda de Séville. À quelques pas de là, vous arrivez au Paseo del Gallo, où se trouve la sculpture en bronze du célèbre coq plumé de Morón. Demandez que l’on vous raconte cette légende qui a fait de cet animal un emblème de la ville. 

Dirigez-vous maintenant vers la l’hôtel de ville, le bâtiment civil le plus important datant du XVIe siècle. Son horloge ressemble à celle de la Puerta del Sol de Madrid. À proximité, visitez l’ancien palais des comtes de Miraflores, aujourd’hui Maison de la Culture et Fondation Fernando Villalón, poète de la Génération de 27. Cette maison possède une cour intérieure, un grand escalier et une coupole décorée de stucs polychromes. Poursuivez votre promenade dans les rues de la ville et découvrez ses nombreuses églises, dont certaines ont été classées bien d’intérêt culturel, comme l’église San Francisco de Asís qui appartenait au couvent franciscain ayant, depuis le XIXe siècle, été restauré pour accueillir le Centre hospitalier de Morón de la Frontera. 

Si vous voulez connaître les douceurs typiques de cette ville, allez sans attendre au couvent de Santa Clara. Vous pourrez y déguster des batatines, faites avec des patates douces et des amandes ; ou des frutitas, un délice à base de poires et de pêches. Face au couvent se trouvent les jardins de la Carrera où vous pourrez vous arrêter en chemin et déguster tranquillement ces délicieux mets.

Terminez votre visite de Morón en vous installant dans un bar ou un restaurant pour profiter de l’accueil chaleureux de ses habitants, tout en savourant ses délicieuses spécialités. Vous avez également la possibilité de demander une visite de la base aérienne de Morón et de voir sur place les impressionnants avions militaires, mais n’oubliez pas de réserver quelques jours à l’avance ! 


Lieux à visiter

  1. Musée de la chaux
  2. Église San Miguel Arcángel
  3. Église de l’Ancien Hôpital de San Juan de Dios
  4. Château
  5. Église San Francisco de Asís
  6. Eglise Nuestra señora de la Victoria y del Espíritu Santo
  7. Hôtel de ville : premier bâtiment municipal, 1593
  8. Église du couvent de Santa Clara
  9. Espace d’exposition du Couvent de Santa Clara
  10. Église San Ignacio de Loyola
  11. Église Nuestra Señora de la Merced
  12. Ermitage Nuestro Padre Jesús de la Cañada
  13. Église Convento de La Asunción
  14. Église María Auxiliadora
  15. Fondation Casa de la Cultura Fernando Villalón
  16. Rues au patrimoine intéressant : Ánimas, Corredera, Fernando Villalón, La Carrera, Las Siete Revueltas, Pozo Nuevo, Ramón Cruz Tuñón, San Miguel, San Sebastián et Utrera
  17. Sentier de randonnée Sierra de Esparteros


Localisation

Morón de la Frontera se trouve à 65 km de Séville dans la région de la Sierra Sur. Elle régit les hameaux d’Aldea Guadaira, Las Caleras de la Sierra, La Lagartija, La Ramira et diverses autres localités dont la création fut une initiative pour le développement rural de l’Institut National de Colonisation. La Sierra de Esparteros se trouve dans sa commune et est l’un des symboles les plus reconnaissables de son paysage. 

Comarque
Sierra Sur
Superficie
431.90 Km²
Altitude
231.00 m
Nº d’habitants
27.844
Téléchargements
Étiquettes

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.