Osuna Colegiata

Séville, belle et diverse

Les origines de ces jardins remontent au règne d'Al-Mutamid, célèbre monarque du royaume de Taïfa, et son nom provient de la lagune qui s'y trouvait, « al-buhayra », où se situaient une série de jardins récréatifs qui plus tard et sous le mandat d'Abu Yacub Yusuf, seraient agrandis et peuplés de milliers d'oliviers, de vignes, d'arbres fruitiers et de palmiers..

Le nom de ce centre civique, « Las Sirenas » (les sirènes) est une référence aux sphinx égyptiens qui se trouvaient à l'entrée de la maison, et que les gens du quartier associèrent aux personnages de la mythologie grecque, en la baptisant « La Casa de las Sirenas » (la maison des sirènes).

La Casa de las Columnas (maison des colonnes) se trouve dans le centre du quartier de Triana, plus précisément dans la rue Pureza, en face de l'abside de l'église paroissiale de Santa Ana, près de la place Altozano, du château de San Jorge et du couvent Nuestra Señora de la Salud, du couvent de San Jacinto et celui de Nuestra Señora de los Remedios.

Cette hacienda possède une grande valeur artistique, car c’est là que des familles de différentes cultures et civilisations se sont installées. Elle est bordée au sud par le ruisseau Porzuna qui longe le sentier Valle Blanco et au nord par la route de San Juan-Palomares.

L'origine de cette Hacienda remonte au XVIIIe siècle, sous la forme d'une demeure palatiale située dans la ville d'Espartinas. Avec l'achat de maisons et de propriétés adjacentes, elle augmenta ses dimensions et devint une véritable hacienda typique de l'époque comme l'étaient déjà la Hacienda de Mejina ou la Hacienda de Tablantes.

Ce monument est classé bien d’intérêt culturel depuis 1995. Au début du XVIIIe siècle, l’archevêque Don Luis de Salcedo y Azcona ordonna la construction d’un palais sur le bâtiment préexistant, mais cette nouvelle construction a vraisemblablement été détruite par l’incendie du 27 février 1792.

L’hacienda Ulloa a été entièrement restaurée avec les principaux éléments qui la constituaient, bien qu’ils n’aient plus la même utilité qu’autrefois. Elle est aujourd’hui la propriété de la ville de Palomares del Río. Les différentes parties qui la composent ont été conçues pour des usages variés, faisant de ce lieu un centre civique et culturel.