Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Palais des Alpériz

653
2

Le palais fut construit vers 1905 par l'architecte José Gutierrez Lescure et le maître d'œuvre José Solares, avec la participation du maître maçon nazaréen, Juan Lopéz Tristán - dont les descendants sont aujourd'hui connus sous le surnom de « Raton » - pour la famille Alperiz, Manuel Alperiz Bustamante et son épouse Juana González, grands marchands de métiers à tisser.

Le palais, de style néo-mudéjar, présente de nombreuses fenêtres à arc outrepassé (forme de fer à cheval) et des pans à motifs géométriques arabes.

Les jardins, de style typique de la région, avec des statues, des kiosques et des grands bancs en céramique (avec de nombreux carreaux de faïence aux motifs de Don Quichotte de la Manche), pourraient être attribués à Forestier en raison de son style, bien que compte tenu de sa petite taille, ils pourraient avoir été réalisés par n'importe quel architecte de la région.

Ce palais, qui fait partie du patrimoine de la manufacture de tissus de jute, a changé de propriétaire à plusieurs reprises, et de la mémoire d'un témoin de l'époque, après la famille Alperiz, il a appartenu à José Lissen Hidalgo.

Finalement, Hidalgo en reste le propriétaire jusqu'en 1930. Depuis lors, le palais a connu divers usages. Il a ainsi a été utilisé comme une extension du sanatorium antituberculeux de « El Tomillar » et en 1952 fut inauguré le préventorium pour enfants de Santa Teresa, pour accueillir les enfants des patients soignés au sanatorium.

Depuis 1973, il est le siège de la Maison des retraités (Hogar del Pensionista), et l'ensemble de la propriété a fait l'objet de travaux de rénovation remarquables de 1983-1988, lui donnant son apparence actuelle.

Aujourd'hui, la maison-palais des Alpériz est l'un des principaux attraits de l'architecture civile nazaréenne et un exemple précieux du style néo-mudéjar sévillan, qui vaut le détour. 
 

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.