Cañada Rosal Fiesta de los Huevos Pintados

Séville te fais tomber amoureux

Au début du quartier de Matarredonda, on peut voir une belle église à l'architecture typiquement andalouse, où l'on peut respirer toute la spiritualité des anciennes églises pour les pèlerins. 

L'église appartient à la paroisse de Marinaleda et est dédiée à la Vierge de la Paix, une vierge à laquelle on voue une grande dévotion dans la province de Séville, 

Construite à la fin du XVIIIe siècle, cette église est dédiée à l’Immaculée Conception. Sur le plan ecclésiastique, elle dépend de la paroisse de la Purísima Concepción. En 1887, elle devint également un réservoir d’eau, utilisé comme bain jusqu’à la guerre civile espagnole et servant désormais de point d’approvisionnement pour les sources d’irrigation voisines.

Ce temple a été achevé au XVIIIe siècle. Entre les XVIIe et XIXe siècles, c'était l'église du couvent del Espíritu Santo des Clercs mineurs. Actuellement, son clocher élancé à deux corps élevés, situé sur la façade, est l'un des éléments architecturaux les plus singuliers de cette église et de la rue où elle se trouve.

Autrefois connu sous le nom de San Ginés. Il se trouve sur la promenade du même nom et il s’agit sans doute d’une œuvre primitive mudéjar, à laquelle auraient appartenu les murs externes de la chapelle majeure complètement rénovée au XVIIIe siècle.

Construit au XVIe siècle, le couvent de la Madre de Dios est actuellement occupé par les Sœurs de la Doctrine chrétienne. Il possède un beau cloître avec des éléments de style mudéjar et renaissance. Il faut souligner qu’en 1722 il a été ravagé par un incendie et que, dans le contexte de la Guerre civile espagnole, il a été saccagé puis restauré dans les années 1990.

Édifice d’un grand intérêt bien qu’il n’en reste malheureusement que l’extérieur, y compris un portail de style renaissance qui, d’après la tradition, appartenait au couvent de San Francisco, aujourd’hui disparu. Il est attribué à Hernán Ruiz II qui contribua à la conception de la tour de la paroisse.

Il s’agit d’une église baroque du XVIIIe siècle dont il reste le portail et un clocher à deux corps qui surmonte la façade du temple et qui a été restauré à la fin de l’année 2012.

Le plan de cette église est à nef unique de grande taille, recouverte d’une coupole sur pendentifs au niveau du presbytère.