turismo activo

Tourisme actif

Mettez-vous à l'épreuve dans un environnement naturel unique

Routes des Églises : Almadén Plata - El Real de la Jara

65
3

Almadén de la Plata

Les origines de cette localité remontent à l’époque romaine. C’était un petit village dont la principale source de richesse émanait de l’exploitation des carrières de marbre. Elle s’appelait Pagus Marmorarius, qui traduit du latin signifiait « village du marbre ». A l’époque musulmane, la colonie romaine a été renommée d’Almedin balat (« les mines de la chaussée), nom qui définit clairement que le principal potentiel de ce noyau rural était l’existence des mines, placées près de la Via romaine de la Plata. Par conséquent, Almadén de la Plata doit son nom à l'importance de ses anciennes mines, en particulier celles de marbre et argentifières. Son noyau urbain a la forme des villages typiques miniers, avec des maisons alignées et des rues rectilignes. C’est un arrêt obligé de la Vía de la Plata du chemin de Saint-Jacques. Tout comme un bon nombre des villages situés dans des zones aux frontières historiques, Almadén possède des ruines d’un château médiéval, qui abrite désormais des bureaux municipaux. 

Nous découvrons dans le centre-ville la Tour de l’horloge. Ce bâtiment qui présente un plan à une seule nef fut construit, à l’origine, au XVe siècle, pour servir d’hôpital. Il était connu sous le nom de « Hospital de los Ángeles » (hôpital des anges) et il fut transformé en église au XVIIe siècle. En 1905, on y ajouta une tour de style néo-mudéjar de 27 mètres de haut, couronnée d’une horloge très précise sur deux des côtés et d’une cloche, d’où vient son nom. Aujourd’hui, il s’agit d’un symbole singulier d’Almadén de la Plata qui abrite des bureaux municipaux, où l’on trouve notamment la salle plénière et le siège des Affaires sociales.

À trois kilomètres du village, dans la zone connue sous le nom de Las Vegas de Castaño, on trouve la ermita de la Divina Pastora. Située dans le cadre naturel de la Rivera del Calaet entourée de chênes verts anciens de plus de 200 ans, il s’agit d’un bâtiment construit récemment (2010-2011) sur les ruines d’une ancienne ferme, qui présente une zone de loisirs équipée de barbecues, de tables, de parcs pour enfants, d’eau potable, d’électricité et de toilettes. Cela en fait un espace magnifique pour profiter de la nature à n’importe quelle période de l’année. Au mois de mai, des fêtes sont tenues en l’honneur de la Divina Pastora avec sa fête patronale.

Le chemin nous mènera d’Almadén de la Plata à El Real de la Jara où cette aventure prendra fin. Nous le ferons par le Camino Viejo de Almadén ou de Los Bonales. Nous emprunterons des chemins historiques, également utilisés par les Romains pour conquérir l’Hispanie. Il s’agit d’un chemin sans réelle difficulté apparente, sauf certaines montées courtes mais intenses et emprunté par un nombre considérable de pèlerins, ce qui fait de cette étape la plus fréquentée de tout le tracé d’Ermita y Camino.

Nous traverserons de vastes dehesas à côté d'étendues de maquis méditerranéen, nous traverserons une multitude de ruisseaux temporaires très typiques, comme nous avons pu l'observer, dans ces chaînes de montagnes. Tout au long de l'étape, nous découvrirons une multitude d'étangs et de barrages généralement artificiels pour le bétail, mais qui offriront de superbes espaces pour l'observation de la faune, surtout pendant la saison estivale. Dans les zones les plus élevées, il nous sera possible de profiter de l’observation de grands rapaces tels que le vautour fauve (gyps fulvus) ou l’aigle royal (aquila chrysaetos), des espèces liées aux falaises rocheuses très présentes aux alentours de la rivière Viar. Les vols de ces grands oiseaux accompagneront nos pensées au moment où le compte à rebours de nos pas nous mène à la fin imminente de ce voyage. Nous pourrons observer au loin El Real de la Jara et son château bien avant d’arriver. Il est temps de ranger nos plus beaux souvenirs dans le sac à dos, de prendre les dernières bouffées d’oxygène de cet air pur aux arômes doux et de mettre un terme à notre aventure. Comme l’a dit un de nos Sévillans les plus illustres, qui pourrait bien avoir entendu de la bouche de son père ou de son grand-père les bienfaits de ces montagnes qu'ils ont tant aimées et étudiées « Voyageur il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant ».

El Real de la Jara

Le dernier des villages que nous visitons au cours de ce voyage magique n’est pas moins important historiquement. Sa situation stratégique a permis à des peuples de s’y installer depuis l’époque romaine, mais c’est à l’époque médiévale qu’il connaîtra son apogée. Les chevaliers de l’ordre de Santiago sont également passés par là et y ont laissé leur empreinte. En 1498, les Rois catholiques ont octroyé à la ville, en guise de récompense pour sa loyauté lors des batailles contre les Maures, le titre de « Real », qui précède le nom islamique de « Xara ».

Aux alentours, on peut observer deux châteaux d’origine médiévale, témoins du passage du temps sur ce territoire. Son appartenance à la Ruta de la Plata du chemin de Saint-Jacques fait de El Real de la Jara un endroit chaleureux et ouvert au visiteur. C’est l’endroit idéal pour se reposer et penser à notre voyage tout en profitant de ses nombreuses vertus.

En passant par les rues du village, nous nous dirigeons vers le nord, en direction du château. Dans la calle Cervantes nous découvrons la petite église de Nuestra Señora de los Remedios. Il s’agit d’un bâtiment qui était peut-être à l’origine une mosquée, puisqu’elle conserve un Mihrab à l’intérieur. Pendant de nombreuses années, elle a servi d'établissement pénitentiaire, ce pourquoi grand nombre des villageois l’appellent « la prison ». L’intérieur est formé de deux espaces clairement définis. Une pièce rectangulaire dédiée au culte des fidèles et un espace quadrangulaire auquel on accède par un arc en plein cintre qui serait la pièce de la vierge. Cette espèce d’autel est couvert d’une voûte en berceau.
 

URL Livre de route
Tracé
Difficulté
Longueur
16.44Km
Étiquettes

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.