Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Tour de Don Fadrique

196
0

Également appelée Torre Mocha, cette tour est le symbole d’Albaida del Aljarafe. Elle a été le théâtre d’événements majeurs au cours de l’histoire, comme le rattachement en 1578 de la ville à la seigneurie du comte d’Olivares, deuxième du nom.

Sous le règne des rois catholiques, et une fois la menace maure dissipée, les défenses de la tour ont été levées pour contrôler le pouvoir de la noblesse. De nombreuses tours de guet de la région ont ainsi été modifiées et surnommées torres-mochas (tours sans défenses).

Cette ancienne tour défensive a été construite sur un point stratégique permettant de contrôler, avec d’autres tours, la vallée du Guadiamar. On peut supposer qu’elle est même antérieure à la période musulmane, car la voie romaine qui reliait Onuba (Huelva) à Italica et Híspalis traversait cette région.

La base de la tour est un rectangle de 10,15 x 8,30 mètres surélevé de 50 cm au-dessus du sol et reposant sur des fondations de 2,40 mètres. Les murs en béton de l’époque ont une épaisseur de 1,65 mètre ; tandis que la pierre a été utilisée pour les angles et la porte, le revêtement intérieur est en brique tout comme la rampe des escaliers, les arcs et les voûtes d’arête.

Parmi les tours défensives de la région, la Torre Mocha d’Albaida del Aljarafe est celle qui a été construite sur le terrain le plus élevé. De fait, elle devait être l’une des plus importantes, car elle permettait de détecter les menaces plus rapidement et d’avertir les autres tours par des signaux de drapeau, de feu, ou de fumée. Lorsque la ville a été reconquise par les troupes chrétiennes, l’infant Don Fadrique a ordonné sa reconstruction en 1253, comme le précise une inscription sur la porte d’entrée.

Elle a été classée bien d’intérêt culturel le 25 juin 1985.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.