Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Église San Cristóbal Mártir

501
0

Située sur la calle Real sur la route de Séville, l’église mudéjare San Cristóbal Mártir domine la ville de son clocher-mur baroque, depuis la colline sur laquelle elle a été érigée. L’église San Cristóbal Mártir est consacrée au saint patron de la ville et accueille également la confrérie de Notre-Dame du Rosaire, elle aussi patronne de Burguillos, ainsi que Notre-Dame des Douleurs, dont l’image est portée en procession le Vendredi Saint.

L’église San Cristóbal Mártir est un joyau de la « culture chrétienne castillane ». Elle a probablement été construite aux XVe et XVIe siècles dans un style mudéjar, comme en témoigne son arc outrepassé brisé. À l’époque baroque, l’arc a été rénové et arrondi pour atteindre sa forme actuelle. L’église a subi des ajouts dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, vers 1775, réalisés par les célèbres architectes sévillans Ambrosio de Figueroa et son frère, Antonio Matias qui  travaillèrent à la construction de la plupart des bâtiments de Séville et de sa province, parmi lesquels le palais de San Telmo, le monastère de la Cartuja, ou la cathédrale de Séville. Plus tard, au XXe siècle, l’aile gauche de la nef a été séparée en plusieurs salles. 

Le clocher-mur de style baroque, est l’un des éléments les plus remarquables de l’église de Burguillos auquel on accède par des escaliers situés précisément à l’avant de la nef, ce qui laisse penser qu’une tour aurait été prévue, mais n’aurait jamais été construite. Les petites portes situées de part et d’autre du retable principal sont également intéressantes, car elles indiquent la présence d’une sacristie aujourd’hui disparue. 

L’intérieur de l’église est doté de plafonds à caissons. Elle abrite également des toiles et des pièces d’orfèvrerie, principalement des XVIIIe et XIXe siècles, bien que l’on puisse également trouver quelques œuvres du XVIIe siècle et contemporaines.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.