Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Église de la Purísima Concepción

150
3

Inaugurée en mars 1769, cette église a été la première construction de la colonie, car en raison de l’épidémie de Tercianas, elle a été habilitée en tant qu’hôpital réservé aux hommes, sous le nom de « Juan Bautista Alvitt ».

Il s’agit d’une construction type de l’architecture baroque. Elle a été réalisée à l’époque du repeuplement de Pablo de Olavide, sous le règne de Carlos III.

Elle a été construite sur un plan d’étage de basilique et se compose de trois nefs divisées par des colonnes toscanes qui soutiennent des voûtes d’arêtes. La nef centrale est plus grande et se termine par le maître-autel, sur le plafond duquel on peut admirer un beau dôme elliptique à lanterneau. L’entrée conserve un blason royal en pierre de l’époque de la fondation. Elle est terminée par un simple clocher-peigne en maçonnerie de style baroque colonial et est dotée d’un toit à deux pans. Sa construction a été attribuée à Alonso Ruiz Florindo.

Le retable principal, en bois doré du XVIIIe siècle, est présidé par une sculpture en bois de l’Immaculée Conception et sur sa partie supérieure, se trouve une toile de la Vierge à l’Enfant du XVIIe siècle. Au-dessus du retable, vous pourrez observer un écusson en bois polychrome avec les armes du roi Carlos III. Il existe d’autres retables dans les nefs latérales de style baroque, comme celui de San José ou de San Luis Gonzaga, réalisés en stuc, avec les images de Dieu le Père et de Jésus-Christ.

Elle possède une chapelle supplémentaire, appelée chapelle du baptême, qui fait partie de la disposition d’origine. À noter également quelques peintures du XVIIIe comme celle de Santa Ana, ainsi qu’une toile à l’effigie d’El Cautivo datant du XVIe siècle. Dans la sacristie, des pièces sculpturales et des toiles assez dégradées, ainsi que plusieurs pièces d’orfèvrerie sont conservées.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.