Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Couvent Santa Paula

408
0

C'est au cœur du quartier de San Julián que se dresse le clocher-mur du monastère de Santa Paula. En 1473, le pape Sixte IV émet la bulle fondatrice du monastère en faveur d'Ana de Santillán y Guzmán, une femme partie se reclure à San Juan de la Palma après être devenue veuve. Lors de cette retraite, elle a l'idée de créer un cloître pour l'Ordre de Saint-Jérôme. Plus tard, en 1475, l'église est bénie et en 1483, Isabel Enríquez, veuve du connétable du Portugal, promeut la construction de l'actuelle église conventuelle.

Il abrite l'unique musée situé dans un cloître de Séville, avec des pièces uniques du baroque sévillan et d'autres parties du monde. On peut également y voir les effets des femmes venues s'y reclure, des retables avec des pièces de Montañés, Mesa et Medinilla, ainsi que des peintures de José de Ribera y Morales. L'espace claustral est composé de deux cloîtres, qui communiquent par des arcades à quatre travées sur des colonnes jumelées et des arcs en plein cintre.

L'église, de style gothique-mudéjar, date du XVe siècle, dont le presbytère est notamment doté d'un remarquable plafond et la nef recouverte d'un plafond à caissons en bois avec des éléments de style mudéjar. Le grand retable baroque est présidé par une sculpture de Santa Paula, œuvre de José Fernando de Medinilla réalisée en 1730. 

Sur les côtés du presbytère se trouvent les tombeaux des marquis de Montemayor et des peintures du XVIIIe siècle qui illustrent la vie de Santa Paula. On remarquera également le retable de San Juan Bautista et celui du Saint-Christ, tous deux réalisés par Felipe de Ribas, ainsi que celui de la Vierge du Rosaire.

C'est l'un des monastères les plus accessibles, ouvert au public pour la vente de délicieux produits fabriqués par les religieuses, notamment des confitures et gelées de coing.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.