Santiponce Itálica

Patrimoinie

Un patrimoine d'une immense richesse à découvrir

Casa Lola « La de Lucena »

53
2

C’est certainement le bâtiment le plus pittoresque de la vieille ville. Il fut construit en 1905 pour la chanteuse de flamenco Lola la de Lucena et appartint ensuite à la famille Benjumea. Plus tard, il est devenu la propriété d’une congrégation religieuse et est maintenant une propriété privée.

Le complexe est actuellement composé de quatre bâtiments avec un plan presque carré sur deux étages, qui à l’origine semblaient n’en former qu’un seul. Le bâtiment occupe un peu plus de la moitié des parcelles, la partie avant étant occupée par un jardin. Autrefois, le rez-de-chaussée servait au stockage des céréales et au logement des domestiques, tandis que l’étage supérieur était la zone noble.

Deux sections bien distinctes sont visibles sur la façade. Dans l’angle, deux pans de façade avec des éléments typiques de la culture arabe sont présents ; il s’agit des arcs outrepassés sur les fenêtres et les portes, entourés d’un cadre décoratif rectangulaire en azulejos avec des arabesques. L’autre partie de la façade a une conception plus rationnelle avec de grandes ouvertures rectangulaires à l’étage supérieur, qui est couvert par un petit toit à structure métallique avec une belle frise d’azulejos de style arabe.

Dans le patio, six imposantes colonnes en fer massif de style corinthien reposent sur de petits piédestaux de briques. Elles soutiennent les poutres en bois de la terrasse et au centre se trouve le puits. La magnifique terrasse est décorée d’azulejos sévillans de couleur blanc et bleu cobalt.

Ce bâtiment unique est un exemple de la façon dont les codes mudéjares sont devenus, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, un ingrédient essentiel de l’architecture cherchant à montrer les racines andalouses natives.

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.