La provincia de Sevilla

Notre province

Vie et paysages d'une province riche en diversité et en monuments

Arahal

422
15

Arahal, paisible localité, berceau de l’art

Qui aurait pu imaginer que cet « arrahal », terme arabe désignant un lieu de repos pour les paysans et les bergers, deviendrait la grande agglomération de la province de Séville qu’est aujourd’hui Arahal ? Vous y apprécierez l’hospitalité de ses habitants qui, depuis des générations, savent accueillir chaleureusement le voyageur : entrez dans un bar ou un restaurant et vous verrez que vous vous y sentirez immédiatement comme chez vous ! Vos hôtes vous offriront sans attendre l’aceituna prieta (olives noires), l’apéritif local, tout un délice. Rien d’étonnant à cela quand on sait que l’oléiculture est le pilier de l’économie locale et qu’Arahal est l’un des grands producteurs espagnols d’olives de table. Sa gastronomie, n’est pas en reste, assaisonnée qu’elle est à l’huile d’olive vierge extra pressée sur place. 

Arahal se dresse à une croisée de chemins, ce qui a façonné l’esprit accueillant de ses habitants et sa richesse culturelle. La ville entière exhale art et passion,  avec le flamenco comme clé de voûte. Il y existe musée exclusivement consacré à la femme et le monde du flamenco. C’est d’Arahal, qu’est issue la famille légendaire des Pavones, à laquelle appartient la grande cantaora sévillane Pastora Pavón, « la Niña de los Peines ».

La ville est toute une invitation à la promenade pour découvrir ses rues, contempler les maisons seigneuriales, entrer dans les églises baroques mais aussi à la randonnée grâce aux nombreux sentiers qui sillonnent la campagne sévillane. 


Comment s’y rendre ?

Depuis Séville, un bus met 30 minutes à partir de la gare du Prado de San Sebastián.

Pour se rendre à Arahal en voiture depuis Madrid, Jaén et Cordoue, prendre la route nationale IV jusqu’à Écija, puis emprunter l’A-364 en direction de Marchena, et enfin l’A-92 jusqu’à Arahal. Depuis Almería, Grenade et Malaga, prendre l’autoroute A-92 jusqu’à la sortie Arahal. Par la Vía de la Plata, rejoindre Séville, puis prendre l’A-92 jusqu’à la sortie Arahal. 


Comment se déplacer ?

  • La meilleure façon de découvrir Arahal est de parcourir ses rues, flâner sur ses places et découvrir les coins et les recoins que cache cette ville de La Campiña. 
  • Les incontournables
  • Profitez de la grande fête en septembre, la Feria del Verdeo, qui a lieu à l’occasion de la cueillette des olives. Elle a été classée d’intérêt touristique en Andalousie.
  • Osez goûter l’aceituna prieta, l’apéritif et typique de tous les bars.
  • Si vous êtes passionné de flamenco, assistez en juin au festival flamenco Al Gurugú en l’honneur de Pastora Pavón, « La Niña de los Peines », qui comme sa mère était d’Arahal.
  • Visitez son centre historique classé d’intérêt culturel en 1979.
  • Empruntez la Route « Pozo del Arca », un circuit rando bien-être promu par le ministère régional de la Santé et de la Protection Sociale du gouvernement andalou.
  • Déjeunez une soupe de tomates à la menthe, la spécialité locale d’Arahal. En dessert, commandez une calabaza confitera (petite tourte fourrée de confiture de cheveux d’ange).


Itinéraire de visite

Venez découvrir le patrimoine historique d’Arahal, site historique déclaré d’intérêt culturel en 1979. Prenez la Plaza de la Corredera, au centre de la ville, comme point de départ de la visite. Vous pourrez y voir l’hôtel de ville, un bâtiment du XIXe siècle à la tour admirable. 

À proximité se trouve la Casa del Aire, une ancienne demeure seigneuriale qui abrite aujourd’hui le musée de la Femme et le monde du flamenco, unique dans la province.

Continuez votre promenade dans les rues d’Arahal pour admirer les façades monumentales baroques que vous croiserez jusqu’à l’église Santa María Magdalena. Si vous venez pour le week-end, vous assisterez sûrement à un mariage, car c’est l’église paroissiale la plus importante de la ville. Le musée d’Art sacré se trouve à l’intérieur. 

Arahal possède également d’autres monuments religieux à visiter, comme l’église Nuestra Señora de la Victoria, la plus ancienne de la ville, celle du Santo Cristo où est conservé le Christ de la Miséricorde si cher à ses habitants, ou encore l’ancien couvent de San Roque. Un arrêt s’impose aussi au Couvent de Nuestra Señora del Rosario pour déguster les gâteaux confectionnés par les sœurs dominicaines qui sont célèbres pour leurs canapés de almendra et leurs tortas au sésame.

Envie d’air frais, d’exercice et de verdure ? C’est facile : il vous suffit de choisir un des sentiers de randonnée qui partent de la ville, comme celui des « Pozos del Arca » ou du corridor vert du Guadaíra. Vous pouvez aussi prendre la route de l’hacienda « La Mata » pour tout savoir sur la culture de l’olivier, si traditionnelle dans cette localité. Ne manquez pas la lagune de Las Pedreras, la roselière du Juncal ou le bosquet du Seto del Castillo.


Lieux à visiter

  1. Chapelle de la Veracruz
  2. Couvent de Nuestra Señora del Rosario
  3. Ermitage de San Antonio
  4. Église Nuestra Señora de la Victoria
  5. Église San Roque
  6. Église Santo Cristo de la Misericordia
  7. Église paroissiale Santa María Magdalena et son Musée d’Art sacré
  8. Palais des Marquis de la Peña 
  9. Musée de la Femme et le monde du flamenco
  10. Théâtre municipal
  11. Ancien Palais Marqués de Monteflorido, aujourd’hui Casa de la Cultura.
  12. Lagune de Las Pedreras.
  13. Roselière du Juncal. 
  14. Ruisseau de l’Alameda et ruisseau de la Lapa.


Localisation

Arahal se trouve à 47 km de Séville, à proximité de l’autoroute A-92. Cette localité est au carrefour d’autres villes de la région : Morón (à 17 km), Paradas (à 5 km), Carmona (à 26 km), et Utrera (à 25 km).

Elle se dresse dans La Campiña sévillane au milieu d’une plaine quadrillée d’oliveraies,  de champs de céréales et de devèzes où parmi les chênes-lièges et les chênes verts pâture le bétail.

Comarque
La Campiña
Superficie
201.00 Km²
Altitude
118.00 m
Nº d’habitants
19.248
Étiquettes

0 commentaires

Nouveau commentaire

Les commentaires sont modérés, ils mettent donc un certain temps à apparaître. S'ils contiennent un langage offensant, ils ne seront pas publiés.